Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Bienvenue sur notre site !!

       Consulter les vacations des médecins

VOTRE AVIS, VOS REMARQUES, VOS DOLEANCES.

Vous fréquentez la Coopérative de Santé RICHERAND au travers de votre parcours santé dans le Centre de Santé historique, l’Association de Victimologie de Paris, Parcours d’Exil, votre parole nous intéresse.

     Centre Santé RICHERAND

Consultation sans rendez-vous du :

Lundi au vendredi de 9h à 18h

Noter que lors de ces consultation:

- Un seul motif de consultation sera traité.

- Ni certificat, attestation outre document non urgent ne sera établi ou rempli par le médecin (certificat MDPH, certificat de non contre indication au sport...)

- Les patients seront vus par le médecin par ordre d'arrivée.

Le médecin pourra vous orienter vers une consultation quelques jours plus tard si votre motif n'est pas urgent.

 

 

 

 

 

Echos de la SCIC RICHERAND:

Réunion du COMEX DU 22 SEPTEMBRE 2022

"En début de séance notre Association fait encore remarquer pour la énième fois que certains points de l’ordre du jour méritent pour l’ensemble des membres de notre Comex soient accompagnés d’un dossier préalable qui permettent d’être acteur et non une écoute d’enregistrement du Président."

1 - Information sur le plan de retour à l’équilibre de la SCIC

Le Président nous informe le choix du Cabinet conseil Co Conseil (Pierre-Dominique Vitoux) pour accompagner la Direction Administrative sur 2 points : - dégager sur chaque activité santé des objectifs court terme en tenant compte des situations réelles actuelles et une évolution de la gouvernance de la SCIC.

Alain Quiot (coopérateur) éclaire le propos de l’Association en demandant que le choix sur les 3 qui ont été entendues par vous et la Direction se devait être arbitrées par débat en Comex.

De fait sur le point de la gouvernance 3 membres du Comex accompagnera la Direction : Lorraine Deboucheny-Jean-Philippe Milési-Jean-Louis Valette (Asso) .......

Lire la suite dans le compte-rendu Association du 25/09/2022

 

 

 

 

 

Pour Christophe Prudhomme, « les patients doivent faire entendre leur voix pour faire changer l’hôpital »

Porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) et délégué national de la CGT santé, Christophe Prudhomme a participé au relais médiatique d’une tribune qui a provoqué beaucoup de réactions. Mardi 20 septembre 2022, l’ancienne journaliste de guerre et résistante Madeleine Riffaud signait un texte édifiant sur les conditions de sa récente hospitalisation aux urgences. Un récit glaçant sur lequel le médecin urgentiste a accepté de revenir. Pour Christophe Prudhomme, libérer la parole des patients permettra d’opérer un véritable changement.

Pourquoi était-il important pour vous que la tribune de Madeleine Riffaud puisse être médiatisée ?

Christophe Prudhomme : Plus il y aura de personnes, et y compris de personnalités comme Madeleine Riffaud, qui porteront les dysfonctionnements de l’hôpital sur la place publique, moins les pouvoirs publics pourront rester dans le déni. La situation est en effet totalement catastrophique. Mais les directions d’établissements, les agences régionales de santé et le gouvernement ne le reconnaissent pas. Le ministre de la Santé François Braun nous a même expliqué que les services d’urgences « avaient tenu » pendant l’été. Non, ce n’est pas vrai. L’hôpital ne tient plus. Il y a des morts toutes les semaines aux urgences. Et les soignants continuent de démissionner car ils ne supportent plus cette situation.

Que faut-il faire selon-vous pour que la situation change ?

Christophe Prudhomme : Il faut que la vérité éclate. De la même manière que pour MeToo. Pour enlever la chape de plomb qui pèse encore sur ces questions. Les patients sont aujourd’hui en droit de se rebeller et de faire entendre leur voix pour que la situation change.

La grande résistante Madeleine Riffaud, 98 ans, a vécu un calvaire à l’Hôpital Lariboisiere.

Elle a été abandonnée sur un brancard sans manger pendant 24 heures.

Elle revient sur cet épisode dans une tribune publiée par la @RevueCommune.https://t.co/n71wECzmR9

— Commune (@RevueCommune) September 19, 2022

Dans sa tribune, Madeleine Riffaud souligne le fait que sa notoriété et ses relations lui ont permis de faire entendre sa voix. « Moi, j’ai de la chance, j’ai des amis, et des confrères journalistes. Mais tous ces pauvres gens qui n’ont personne, que peuvent-ils faire ? » De quels recours disposent les patients ?

Christophe Prudhomme : Tout le monde peut faire entendre sa voix. Lorsqu’une personne considère avoir subi un traitement inadapté ou une perte de chance pour sa santé, elle a la possibilité d’envoyer une réclamation à l’hôpital. Ou de porter plainte auprès des tribunaux si la situation relève du pénal. Dans le premier cas, il suffit d’écrire une lettre de protestation manuscrite à la direction de l’hôpital. Le directeur de l’établissement est alors obligé de la traiter dans une commission ad hoc. Puis la commission des droits des usagers fait ensuite un bilan annuel de toutes les plaintes reçues. Ces chiffres permettent notamment aux associations de représentants de patients et de personnels de faire entendre leur voix.

Vous incitez également les professionnels de santé à dénoncer le manque de personnel.

Christophe Prudhomme : Nous leur recommandons effectivement de remplir une « fiche de dysfonctionnement » lorsqu’ils travaillent en sous-effectif. C’est en effet inscrit dans le code de déontologie. Et si un problème survient à ce moment-là , ils seront considérés comme co-responsables.

Après avoir été très médiatisé pendant l’été, le sujet de la crise hospitalière a depuis été enseveli sous de nouvelles actualités… Comment faire, selon-vous, pour que cette question puisse trouver sa place dans le débat public ?

Christophe Prudhomme : Le travail de terrain reste primordial. Les échanges avec les associations ou les débats, notamment ceux organisés par la mutualité. Il faut continuer à occuper l’espace. Le sujet va également être abordé à l’Assemblée nationale, à l’occasion du projet de loi de finance de la Sécurité sociale. La santé est au cœur des préoccupations de la population. Et les pouvoirs publics doivent aujourd’hui entendre sa colère.

« Je me suis retrouvée couchée au milieu de malades qui hurlaient de douleur, de rage, d’abandon » : le cri d’alarme de la journaliste Madeleine Riffaud sur les urgences

Tous les grands médias français ont relayé son témoignage. Mardi 20 septembre 2022, l’ancienne journaliste de guerre et résistante Madeleine Riffaut a publié une tribune sur les conditions désastreuses de son hospitalisation aux urgences. A 98 ans, et alors qu’elle se trouvait à l’hôpital Lariboisière à Paris, elle a affirmé être restée « 24 heures sur le même brancard, sans rien manger. Dans un no man’s land ». « Je me suis retrouvée couchée au milieu de malades qui hurlaient de douleur, de rage, d’abandon », décrit-elle dans son texte paru en intégralité dans l’Humanité, la Croix et la revue Commune. Madeleine Riffaut y évoque également le désarroi des personnels de santé, totalement débordés par la situation. « Nul doute que leur vocation est réduite en charpie. Ma mésaventure, c’est une histoire quotidienne dans l’hôpital en France. Mon sort est celui de millions de Parisiens et de Français. » De son côté, l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a diffusé un communiqué de presse suite à la parution de cette tribune pour indiquer que « des gestes techniques, de soins et de surveillance ont été dispensés à la patiente de façon régulière tout au long de sa prise en charge. »

Entretien de Capucine BORDET

23 eptembre 2022   www.Viva Magazine .fr

En un coup d'œil: cas positifs en hausse

Mise à jour :23-09-2022              https://covidtracker.fr/

318

ÉLEVÉ ET EN HAUSSE• 20/09 (J-3)

Taux d'incidence
Nombre de cas par semaine pour 100k habitants. Le seuil d'alerte est 50.

18.45%

TRÈS ÉLEVÉ ET EN HAUSSE 20/09 (J-3)

Taux de positivité
Proportion des tests qui sont positifs parmi l'ensemble des tests.

 

1.34

ÉLEVÉ ET EN HAUSSE• 23/09

Taux de reproduction R
Nombre de personnes contaminées par 1 malade. Au-dessus de R=1, l'épidémie progresse.

13.6%

BASSE ET STABLE •23/09

Tension hospitalière
Nombre de lits de soins critiques occupés par les patients Covid19 par rapport au nombre de lits fin 2018.

Cas positifs

On prélève en moyenne 30478 cas positifs au Covid19 chaque jour, en HAUSSE (+37%) par rapport à la semaine dernière (par date de prélèvement, J-3).

Admissions. soins critiques

Il y a en moyenne 41 admissions en soins critiques pour Covid19 chaque jour, en HAUSSE (+11%) par rapport à la semaine dernière.

Soins critiques

Il y a actuellement 700 personnes en soins critiques pour Covid19, en baisse

(-4%) par rapport à la semaine dernière.

Décès hospitaliers

Il y a en moyenne 30 décès hospitaliers pour Covid19 chaque jour, en baisse

(-3%) par rapport à la semaine dernière.

       Vaccination rappel :

Le second rappel vaccinal ou quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 limite les formes graves de la maladie en renforçant le système immunitaire.

La vaccination des plus fragiles face au Covid-19 doit se poursuivre même si l'épidémie diminue en France avec l'arrivée des beaux jours. La quatrième dose de vaccin (correspondant à une seconde dose de rappel vaccinal) est ouverte aux Français âgés de 60 ans et plus 6 mois après leur dernier rappel et à tous les patients immunodéprimés et les plus de 80 ans .

                   C'est possible 

       au Centre de santé RICHERAND: 

les mercredi et vendredi de 8h30à 12h40

               Tél:  01 40 03 38 58