Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Newsletter n°15 juin 2022  
logo

Newsletter n°15 - juin 2022

 

image

6-1  Centre Santé RICHERAND

Consultation sans rendez-vous du :

Lundi au vendredi de 9h à 18h

Noter que lors de ces consultation:

- Un seul motif de consultation sera traité.

- Ni certificat, attestation outre document non urgent ne sera établi ou rempli par le médecin (certificat MDPH, certificat de non contre indication au sport...)

- Les patients seront vus par le médecin par ordre d'arrivée.

Le médecin pourra vous orienter vers une consultation quelques jours plus tard si votre motif n'est pas urgent.

6-2 Vers un dépistage organisé du cancer du poumon ?

Est-il judicieux de lancer un dépistage organisé du cancer du poumon en France ? Oui, répond la Haute autorité de santé (HAS) qui a donné un avis favorable à une expérimentation.

Il n’existe pas en France de dépistage organisé du cancer du poumon, comme pour le cancer du sein ou colorectal. Pourtant, ce cancer tue plus de 33 000 personnes par an.

Il est en forte augmentation chez les femmes. Huit fois sur dix, le tabac est à l’origine de la maladie.

C’est pourquoi, à la lumière des nouvelles données disponibles, qui montrent la réduction de la mortalité, la Haute autorité de santé (HAS) a donné un avis favorable à l’expérimentation d’un dépistage organisé.

image

Dépistage du cancer du poumon par scanner faible dose : l’AP-HP lance l’étude pilote CASCADE, financée par l'@Institut_cancer et le @Sante_Gouv.

https://t.co/lFtlmKdtsi pic.twitter.com/lgNmVtHuca

— AP-HP (@APHP) February 15, 2022

Un dépistage pour qui ?

Un dépistage du cancer du poumon par scanner à faible dose chez les personnes fortement exposées au tabac, sera bientôt proposé, piloté par l’Institut national du cancer (INCa).

Qui est concerné ? Ce dépistage s’adressera aux fumeurs, ou aux personnes exposées au tabagisme passif. D’autres modalités restent à définir, comme la tranche d’âge et le rythme des examens.

Pour quoi faire ?

Le but est de dépister précocement la maladie et de réduire la mortalité.

D’après la HAS, on pourrait observer une diminution significative de la mortalité spécifique de ce cancer, de l’ordre de 5 vies sauvées pour 1000 personnes dépistées.

Un résultat intéressant dans le cas du cancer du poumon dont le pronostic est d’autant plus sombre qu’il est détecté à un stade tardif.

La survie à 5 ans n’est ainsi que de 4 % pour une détection au stade IV de ce cancer. Stade auquel il est aujourd’hui diagnostiqué dans 40 % à 55 % des cas.

Ces résultats restent toutefois à confirmer dans de plus grandes analyses.

Les modalités du dépistage

Dans le cas du cancer broncho-pulmonaire, l’examen de dépistage est un scanner thoracique à faible dose sans injection, technique d’imagerie aussi appelée tomodensitométrie. En cas d’anomalie, le bilan diagnostique comportera des examens complémentaires.

Le dépistage organisé en débat

Mais l’idée d’un dépistage national du cancer du poumon fait débat. Car, recommander un dépistage à une population, certes à risque mais ne présentant pas de symptômes, peut poser questions. Car, si les bénéfices sont bien documentés les « dommages possibles liés au surdiagnostic et aux faux positifs, pouvant générer une anxiété, sont à prendre en compte », avertit la HAS.

Surdiagnostic : diagnostic de lésions cancéreuses indolentes, c’est-à-dire qui n’auraient pas évolué ou de cancers qui ne seraient jamais devenues symptomatiques.

L’expérimentation du dépistage sera l’objet de nombreuses études visant ou pas à la généraliser.

Il faudra notamment que ce dépistage soit accepté par la population cible pour permettre d’atteindre un taux de participation suffisant.

Qu’il soit accessible partout sur le territoire et pour les populations dites vulnérables ou les personnes éloignées du système de santé pour d’autres raisons.

De plus, chaque personne doit pouvoir bénéficier d’une information complète et neutre sur les avantages, les limites et les inconvénients possibles du dépistage afin de prendre une décision éclairée.

 

Enfin, l’impact économique d’un dépistage systématique du cancer broncho-pulmonaire, devra être étudiés. Sera-t-il contrebalancé par la diminution de la létalité de la maladie ?

 

Le cancer du poumon (appelé aussi cancer broncho-pulmonaire) est le cancer qui occasionne le plus de décès chaque année en France (plus de 33 000). Souvent diagnostiqué à un stade tardif, il est également l’un des cancers de plus mauvais pronostic avec un taux de survie à 5 ans de 20 %. Chez l’homme âgé de 45 à 64 ans, il représente la première cause de décès, toutes causes confondues. Il est en forte progression chez la femme. Le tabac est responsable de huit cancers du poumon sur dix.

Marilyn Perioli   avril 2022 Viva magazine.fr

 

6-3 Nouvelles de la SCIC RICHERAND:

Consultation suivi post professionnel

- Dans notre lettre du 15 avril 2021 au Président de la SCIC Santé RICHERAND nous proposions de poursuivre la consultation d'un suivi Post Professionnel après le départ en retraite des salariés ayant été exposés à des produits ou des procédés cancérigènes".

..."Le docteur Alain CARRE qui consulte actuellement a émis également son intention de ne plus poursuivre cette vacation et a réfléchi à une solution d’un remplacement. Cette solution nous conforte dans notre proposition de maintenir cette consultation au sein du Centre de Santé historique et ouverte à tout public.."

Le 19 mai lors du Comité Exécutif nous informait de la poursuite de cette consultation en remplacement du Dr CARRE par le Dr ZYBERBERG qui a été médecin inspecteur régional du Travail à la Directe. Outre le suivi des agents des Industries électrique et gazière, une expertise sera accessible aux médecins généralistes du Centre de Santé historique pour leurs propres patients.

Nous sommes d'autant plus satisfait qu'enfin le Comité Exécutif envisage d'examiner après expertise financière pour les consultations préretraite et médecine du sport.

Rappel du contenu de cette consultation du suivi Post professionnel:

Depuis 1995, des modalités permettent un suivi médical après le départ en retraite des salariés.es ayant été exposés.es à des produits ou des procédés cancérigènes (amiante, benzènes...).

C'est une consultation de surveillance de risques professionnels qui a pour but d'informer, d'orienter les retraités (y compris en pré-retraite) et leurs ayants droits et ce en lien avec leur médecin du travail.

Cette consultation permet également de proposer une surveillance médicale par la réalisation d'examens complémentaires qui peuvent être effectués au Centre ainsi qu'une mise en place d'une surveillance épidémiologique.